L' Automne de la Renaissance, « Idée du Temple » de l’art à la fin du Cinquecento
EAN13
9782251448565
ISBN
978-2-251-44856-5
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Collection
ESSAIS/BELLES L
Nombre de pages
496
Dimensions
23 x 16 x 3,7 cm
Poids
760 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L' Automne de la Renaissance

« Idée du Temple » de l’art à la fin du Cinquecento

Les Belles Lettres

Essais/Belles L

Offres

Les traités d’art de la fin du XVIe siècle sont pour l’auteur le point de départ d’une recherche mettant en évidence les premières fissures de la culture de la Renaissance, à une période où celle-ci était encore en plein fleurissement.
Ce qui caractérise la fin du XVIe siècle, c’est une série de tentatives, d’attitudes, d’essais de nouveaux accords qui préludent à ce qu’interprétera par la suite l’orchestre du baroque au grand complet.
Cette période, c’est celle du Maniérisme, située entre la période apollinienne de la Renaissance et celle, dionysiaque, du Baroque.
Carlo Ossola l’a minutieusement étudiée dans l’Automne de la Renaissance, en s’appuyant sur des textes de poètes et de critiques, surtout sur des traités d’art de la seconde moitié du Cinquecento (Dolce, Gilio, Paleotti, Comanini, Danti, ainsi que sur Varchi, Vasari et Lomazzo). À cette époque, comme le note Ossola, « les limites des choses s’effacent : la parole se fait couleur, la couleur musique et chaque chose peut en devenir une autre ».
Analysant les règles de ces écritures, Ossola met en évidence les normes avec lesquelles elles tentaient de fixer, de sauvegarder, de distinguer une syntaxe qui leur fût propre. L’effort consacré à parcourir l’infinie multiplicité des êtres et des formes est exigé par le désir de parvenir à la reductio ad unum finale. C’est à cause de cette intention, latente ou manifeste, que nous pouvons encore distinguer entre l’« automne de la Renaissance » et la pluralité de perspectives d’où naît le sens du vivant et du provisoire de la civilisation baroque.
Publié en 1971, mis à jour et étoffé en 2014, cet essai de référence est une grande fresque sur la fin de la civilisation de la Renaissance en Italie.
L'auteur enjambe les ruptures entre les périodes soigneusement séparées par les historiens, montre les métamorphoses graduelles, explique le glissement d'une époque vers une autre.
Le « Cinquecento », le XVIe siècle en italien, est l'apogée de la Renaissance dans la péninsule. [...] De cette période caractérisée en art par le maniérisme, Carlo Ossola fait un portrait passionnant et montre, textes à l'appui, comment poètes et critiques tâchent alors d'inventer un langage nouveau.
S'identifier pour envoyer des commentaires.