Fastes, De la littérature après la fin du temps, suivi de Manifeste du maxencéisme
EAN13
9782251448886
ISBN
978-2-251-44888-6
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Collection
ESSAIS/BELLES L
Nombre de pages
640
Dimensions
23 x 16 x 4,7 cm
Poids
965 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Fastes

De la littérature après la fin du temps, suivi de Manifeste du maxencéisme

Les Belles Lettres

Essais/Belles L

Offres

Philosophe, poète, romancier, musicien, Maxence Caron est l’auteur d'une œuvre abondante réunie en un système des arts et de la pensée.
« Depuis le chœur où chante notre irréfutabilité, jetons à la douloureuse figure des moribonds un apogée de zutisme mystique et d’irrévérence raisonnée. »
MAXENCE
Le livre de Maxence Caron est une folle Nouba de la pensée. Une orgie. Un enchevêtrement de fulgurances prodigieuses, orgueilleuses, gourmandes, géniales. Il pulvérise la langue et le conte philosophique.
Le philosophe Caron invente son langage et son univers. On voyage de Pétrarque à Ezra Pound en passant par le foutriquet Sollers (qui en prend pour son grade), et on termine avec quelques théorèmes maxencéistes sans fraude ni mensonge. À recommander aux imbéciles enfarinés de la politique.
Ces Fastes, nécessaire de survie intellectuelle, se prolongent par un Manifeste du maxencéisme qui fait songer que Maxence doit secrètement s’appeler Isaac : en hébreu “[Dieu] rira”.
S'identifier pour envoyer des commentaires.